La pêche du brochet au vif

La pêche du brochet au vif

Une pêche simple toujours d’actualité
Pêche patrimoniale délaissée par les nouvelles générations qui préfèrent la diversité de formes et de couleurs des leurres ; la pêche du brochet au vif est peut-être l’une des plus anciennes techniques de pêche qui a fait ses preuves mais qui est toujours d'actualité. Le but de la pêche aux leurres étant de donner un semblant de vie à un morceau de plastique ou de métal ; quoi de plus logique et de naturel que de proposer aux brochets un vrai poisson, celui même qu’il a l'habitude de consommer tout au long de l’année : un encas servi sur un plateau et facile à s'emparer !

Les vifs
Le brochet est un carnassier qui se nourrit principalement de petits poissons donc vous n’aurez que l’embarras du choix dans les espèces de vifs à utiliser. La logique est d’utiliser en priorité les poissons présents dans le plan d’eau ou la rivière que vous pêchez (le poisson fourrage) ; généralement des cyprinidés comme les incontournables gardons, ablettes, rotengles, goujons mais aussi des petites carpes, tanches, brèmes ou chevesnes... Tous les poissons sans taille minimale de capture peuvent être utilisés, donc les petits brochets, sandres, truites, ombles, ombres, black-bass, mulets, lamproies et esturgeons sont donc strictement interdits, ainsi que les poissons “susceptibles de provoquer des déséquilibres bioliquides” (classés nuisibles) c’est à dire les perches arc-en-ciel, les poisson-chats ainsi que les poissons “non représentés dans les eaux françaises” comme les pseudo rasboras, amours et koïs. Bien évidemment, les espèces protégées en France comme la lamproie de Palmer, bouvière, loche d’étang et de rivière, blennie fluviatile, apron du Rhône, vandoise, barbeau méridional, ide mélanote, corégone, anguille, grande alose et alose feinte (pendant leur migration) ne doivent pas être utilisées en tant que vif tout comme les batraciens (grenouilles, crapaud, tritons) et les écrevisses, et ce quelle que soit l'espèce (de Californie ou de Louisiane) ainsi que l’écrevisse Américaine pourtant classée “nuisible”...
description de l'image
Même si vous pouvez conserver vos vifs à la maison plusieurs semaines dans des aquariums ou des bacs équipés de filtration (en effet pour survivre en captivité, les poissons doivent manger et digérer) ; il est préférable d’utiliser des vifs “frais” pêchés il y a 2-3 jours au préalable et conservés dans des seaux à vifs équipés d’aérateurs. Ces même seaux (avec ou sans panier vivier) serviront à transporter votre quinzaine de vifs sur votre lieu de pêche et permettra de les conserver sans difficulté toute une journée durant, grâce à l’aérateur autonome fonctionnant sur piles LR20 ; il faudra juste songer à changer l’eau en plein été pour rafraîchir vos poissonnets.
Bien que vous pouvez utiliser des gros vifs (20-25cm) dans l’espoir de sélectionner des brochets trophées, la taille des vifs généralement utilisés se situe entre 10 et 15 centimètres. Le brochet étant un poisson économisant ses efforts (notamment en hiver où il se déplace principalement pour de grosses proies) vous pouvez légèrement augmenter la taille de vos vifs lorsque l’eau est froide et la diminuer en été lorsque les brochets sont focalisés sur les poissonnets de l’année.
description de l'image
Matériel simple et accessible
Pour pêcher au vif, une canne télescopique de 3 à 3,90m en 6 à 8 brins, d’une puissance de 5-15g (ou 10-30g pour les plus gros vifs) suffit amplement dans la majeure partie de cas, que ce soit pour pêcher en étang ou rivière. Le faible encombrement d’une canne télescopique (60 à 80cm) sera beaucoup plus facile à transporter au bord de l'étang, surtout si vous souhaitez utiliser plusieurs cannes à vifs.
Le moulinet spinning quant à lui, en taille 3000 ou 4000 pourra être avec un frein frein avant ou un frein arrière voire débrayable. Une taille 3000 avec un moyeu de bobine assez gros permettra au fil de ne pas trop boucler tout en offrant une capacité de 150m de filament. Le poids du moulinet importe peu puisque vos cannes seront posées sur des piques et supports de cannes. Et un frein “standard” de 8-9kg permettra de maîtriser les beaux poissons, même ceux franchissant l’emblématique barre du mètre !

Le manque d'élasticité de la tresse qui permet de transmettre à grande distance les informations sonores lorsque vous pêchez au leurres fait devient un handicap pour le brochet au vif : un “simple” nylon transparent et de gros diamètre (30 à 35/100) sera donc préférable ; vous n’avez besoin que d’une réserve de fil pour lancer notre montage à une dizaine de mètres et laisser à l'élasticité du nylon son travail lors du combat avec le joli brochet qui a bien voulu prendre votre vif …

La ligne à vif
Il existe autant de montages de lignes à vifs que de pêcheurs de brochets aux vifs. Pour pêcher à la “calée”, le montage pater-noster avec l'émerillon du même nom permet au vif, monté en potence, de tourner à 360° comme avec un montage hélicoptère destiné à la pêche de la carpe.
Mais là encore, la simplicité doit-être de mise. Inutile de se compliquer la vie : une ligne avec un flotteur à vif permettra de visualiser l’activité de votre appât. Avec une portance de 5 à 20g (suivant la taille du vif), le flotteur peut-être fixe ou coulissant et dans ce cas un stop float ou un simple noeud de ligature en nylon sera nécessaire pour servir de butée supérieure à votre flotteur. description de l'image Une butée avec une ligature réalisée avec une vieille tresse est à préférer lorsque vous pêchez en grande profondeur (supérieure à la longueur de la canne) afin qu’elle puisse entrer dans les anneaux de la canne.
image lest Pré-plombé ou pas, le flotteur sera équilibré par un plomb (olivette, plomb “Catherine”, bille percée ou grosse cendrée) équivalent à la portance de ce dernier. Si votre lest est coulissant, une perle en caoutchouc mou sera indispensable pour protéger le nœud de raccord des chocs du lest pendant le lancer de votre ligne.
Un emerillon rolling à agrafe terminera votre montage et permettra de changer rapidement de bas de ligne. Ce bas de ligne d’une longueur comprise entre 30 et 50 centimètres pourra être en acier gainé, en titane ou en tresse avec une âme en métal d’une résistance de 8 à 10kg. Il pourra être prêt à utiliser (déjà bouclés aux extrémités) ou en bobines d’une dizaine de mètres à nouer ou sleever à la longueur désirée.
Les pêcheurs désirant une discrétion absolue pourront opter pour un bas de ligne en fluorocarbonemais afin d’éviter les coupes dues aux dents acérées du brochet, un diamètre de 80/100 sera un minimum.

L’eschage des vifs
Tout comme le montage de la ligne à brochet, vous pouvez attacher votre vif de bien des manières. Pendant très longtemps, les bas de lignes en acier étaient enfilés dans le dos du poisson, à l’aide d’une aiguille à vif dite “aiguille à locher”. Très discret (puisque sous la peau), ce montage ne permet cependant pas des lancers à grande distance car la peau fragile du vif risque de se déchirer au moment du lancer. Avec cette technique d’eschage, les brochets ont malheureusement la fâcheuse tendance à avaler profondément les vifs ce qui minimise les chances de relâche des plus petits spécimens, notamment ceux sous la taille minimale de capture.
description de l'image La solution la plus simple consiste donc à piquer l'hameçon (simple ou triple), par la gueule du vif puis à ressortir la branche par le nez. Pour le maintenir parfaitement et ainsi éviter qu'il ne se décroche, vous pouvez bloquer la branche de l’hameçon avec une pastille ronde en silicone dite Peper qui bloquera l’ardillon. De plus ce montage laissera plus de liberté à votre vif qui pourra ainsi nager plus longtemps.
Pour compléter votre montage, vous pouvez ajouter si vous le souhaitez avec, un avançon avec un petit hameçon triple voleur piqué sur le dos du vif.

Réglages de la ligne
Le brochet étant un poisson généralement posté au fond et qui chasse à l'affût (ses yeux sont en effet placés sur le dessus de son crâne contrairement aux cyprinidés dont les yeux sont de chaque côté de leurs têtes) : il est préférable de pêcher décollé du fond.
Ainsi, si vous pêcher un étang de 2 mètres de profondeur, votre butée devra-être réglée afin que votre vif puisse nager à 1,50m de la surface, soit à 50cm au dessus du fond et si les touches se font attendre : vous pouvez faire varier la hauteur de nage de votre vif dans la colonne d’eau.

Les brochets occupent généralement des postes bien marqués quelque soit la saison. Même si vous pouvez pêcher la pleine eau (surtout en été, quand les brochets sont plus mobiles), les abords des structures immergées (bois morts, herbiers ou bancs de nénuphars) sont à prospecter en priorité. En rivière, les remous et contres-courants méritent également d’être soigneusement pêchés car ils nécessitent moins d'effort pour que les brochets puissent y rester cachés, à l'affût.

Le flotteur navigant à la surface de l’eau permettra de visualiser la vivacité de votre vif évoluant au-dessus du fond. Si votre flotteur venait à ne plus bouger, cela signifie généralement qu’il est temps de changer de vif même si un “vif mort” peut-être appétissant pour un carnassier. Un flotteur subitement pris de tressautements est souvent signe qu’un prédateur rôde dans les parages et est annonciateur d’une prochaine touche.
visuel pince / baillon Avec un vif piqué par le nez, il est inutile d’attendre de longues minutes lorsque votre flotteur disparaît de la surface de l’eau comme par le passé. Un ferrage ample mais ferme permettra de bien piquer le brochet par la gueule, ce qui facilitera la relâche des poissons sous la taille minimale de capture. Pour faciliter le retrait de l’hameçon, vous pouvez utiliser un bâillon pour bien ouvrir la gueule du brochet (optez de préférence pour les modèles avec des boules aux extrémités) ainsi qu’une pince dégorgeoir car attention les dents des brochets sont aussi redoutables pour les mains des pêcheurs !
description de l'image
Souvent stigmatisée à tort, la pêche du brochet aux vifs n’est pas synonyme de pêche antique et statique. Vous pouvez également la pratiquer de manière itinérante, avec une ou deux cannes en mode baroudeur afin de prospecter des postes que vous estimez prometteurs pour augmenter vos chances de captures…
De tous les temps les pêcheurs utilisent des petits poissons pour essayer d’en attraper des plus gros, et ce quelque soit le type de prédateurs. Plus contraignant que la pêche aux leurres (du fait de la gestion des appâts vivants contraignante), la pêche aux vifs est et restera une technique toujours d’actualité car terriblement efficace quoi qu’on en dire !

Tutos, vidéos et conseils de pêche

Je retrouve dans cette rubrique des tests de matériel de pêche, des tutoriels pour découvrir de nouvelles techniques et des conseils pour me perfectionner. Les conseillers techniques pêche et navigation, ainsi que les partenaires de Pecheur.com, me partagent des tests et conseils pour vivre pleinement ma passion. Au programme : des vidéos de notre chaîne Pecheur TV et des articles pour développer mes connaissances, quel que soit mon niveau et ma pratique de pêche.

Pecheur.com Awards
Pecheur.com Awards

Abu Garcia Zenon - le moulinet le plus léger au monde

Les virgules, des leurres souples à carnassiers très bruyants !

Voir toutes les vidéos

Avis clients

Les consommateurs nous ont octroyé 3.91 /5   Afficher les 54598 avis
  5/5

De la commande à la livraison, tout était parfait. Malheureusement, depuis, je n'ai toujours pas sorti un brochet de l'eau :::---)))

  4/5

Point relai trop lointain, les choix semblent aléatoires selon le jour de la commande...

  5/5

Excellent aussi bien pour la facilité du site, les explications que pour la livraison, rapide, bien suivie et la qualité de la veste. Mon fil est absolument ravi ! Merci beaucoup..